Rester au chaud et oublier l'eau

Publié le 20 mars 2021.

Avoir froid en mer quand on ne peut pas faire autrement que de rester dehors, ça devient vite l'enfer humide et glacé. Alors on doit prévoir, une, deux voire trois couches. Mais s'il n'y avait que le froid ça pourrait aller. Eh bien non : il pleut des cordes (oups, mot interdit !), on est au près, vent contre courant, on se reçoit donc des paquets d'eau douce et salée de tous côtés, et on a encore 6 bonnes heures à tenir dans le meilleur des cas. On commence alors à se demander pourquoi on n'a pas choisi le camping-car en Toscane ou le dromadaire en Tunisie comme moyen de transport. On en vient donc logiquement au multicouche emballé dans la toile cirée, façon hamburger étanche. Mais là, il faut pouvoir bouger le bonhomme Michelin dans le cockpit, des fois qu'on devrait faire un virement de bord ou une petite soupe. Voici donc l'équation à résoudre :


Confort en mer = chaleur + étanchéité + Ergonomie

Trouvez-nous d'urgence une solution pour rester au chaud et au sec sans pour autant être engoncé dans une armure ! Un possible ?

 

1. Première barrière contre le froid

Voyons le premier aspect.

Question chaleur je pourrais parler de thermodynamique, mais je sens que vous allez nous lâcher. Donc prenez un corps humain, il est à peu près à 37° à l'intérieur, mais un poil moins sur la peau qui sert à freiner le froid de l'extérieur (ou le chaud) et éviter de le laisser entrer. Et là, bingo, on lui greffe une seconde peau pas trop étanche qui sert de seconde ligne de défense contre le froid.

On a choisi le meilleur : de la pure laine de mérinos bêêêê !

Notre choix s'est arrêté sur les sous-vêtements Icebreaker* 260 Tech, Leggings pour le bas, et Ls Crewe pour le haut. * Les photos des mannequins sont ceux de la marque. Rien à voir avec nos deux profils (qui seraient plutôt du genre XL).

Je ne sais pas pour vous, mais j'ai l'impression que le froid me remonte par les pieds. Et j'ai craqué pour les bottines Dubarry... 

N'oubliez pas les chaussettes et les gants. Pour les gants, j'aime bien les sous-gants de randonnée, car ils permettent de tripoter nos écrans préférés (smartphone ou lecteur de cartes) sans avoir à les enlever, et par-dessus j'ai mes gants de voile aux 5 doigts coupés (on ne va pas au pôle Nord tout de même). On a fusillé une paire Décath puis une Gill en quelques saisons. Cette fois, j'essaie plus haut de gamme - pas encore choisi.

2. Équilibre entre étanchéité et ergonomie

Les deux vont de pair et c'est donc difficile de trouver sa tenue. On peut choisir 100% waterproof style ciré jaune. C'est une bonne option pour la très, très grosse pluie, mais on transpire dedans, c'est inconfortable et ça ne contribue pas à se réchauffer. Entre le ciré étanche et la veste éponge on doit pouvoir trouver. 

ETANCHÉITÉ

On a fait un petit tour de quelques marques à commencer par la gamme Tribord qu'on a beaucoup utilisé. C'est un excellent rapport qualité/prix et parfait pour les weekends avec des sorties à la journée. Comme ça a été la plus grande partie de nos programmes on recommande vivement. C'est quand même très juste la nuit et ce n'est pas vraiment étanche sous une pluie continue. Ma veste de quart Gill (elle a quelques années maintenant) est un bon cran au-dessus, c'est encore parfait pour des navigations par temps sec, mais dès qu'il pleut ça aurait tendance à absorber l'eau maintenant. C'est une éponge, ça met un temps fou à sécher et je ne peux plus rien mettre dans les poches, le thermocollant ayant lâché. Alors pour l'Écosse il faudra trouver autre chose. Cette autre chose, c'est du Gore-Tex et en 3 couches. Mes chaussures de rando ont quasi 20 ans ; je les ai testées dans la neige pendant quelques heures, dans les passages de rivières et sur les pentes des Highlands ; elles sont toujours aussi étanches ! Dommage pour les concurrents ; Musto semble être le seul à proposer ce type de membrane pour les vestes et salopettes (avec une dizaine d'années de garantie). Sinon les bottines Dubarry c'est aussi du Gore-Tex, donc rien à craindre pour les remontées d'humidité.

ERGONOMIE

Les couches et surcouches, c'est bien, mais ça devient quoi l'ergonomie dans tout ça ? Pouvoir se mettre à genou sans que ce soit douloureux, faire sept tours de winch sans avoir peur de déchirer les coutures, rentrer le génois et envoyer la trinquette sans forcer, etc. Donc le bon sens voudrait qu'on évite de mettre un jean sous la salopette par exemple. Il y a des pantalons de voile bien coupés très souples (à recommander), mais on peut aussi préférer un bon pantalon de jogging. Pour la veste ou la salopette, dernière couche du burger, on doit essayer. Personnellement j'ai craqué pour deux éléments : une salopette sans bretelles qui ressemble à un T-Shirt monté sur un pantalon méga-large et une veste légère gore-tex doublé polaire sans capuche, plutôt pour les belles journées un peu fraiches. Eh bien, c'est le top ! La salopette, je ne la sens même pas sur les épaules, et elle reste toujours en place dans tous les mouvements. Quant à la veste on dirait qu'elle a été taillée pour moi, et je suis au chaud ! Il faut que je remplace maintenant ma veste de quart.

Pour ce qui nous concerne, tant pour l'étanchéité que pour l'ergonomie, nous n'avons retenu qu'un seul fabriquant qui réponde à ces critères : toujours Musto pour les surcouches. Et si on doit prendre un ciré jaune (pas trop de problème pour le caser) ce sera du Guy Cotten.

3. L'équipement complet

Voilà un résumé de l'équipement réservé à la voile pour chacun.

  • Sous-vêtements Icebreaker* 260 Tech, haut et bas
  • Pantalons voile (x 2)
  • Polaires (x 2)
  • Salopette Musto (x 1)
  • Veste de Quart Musto gamme MPX Offshore (x 1)
  • Veste de voile légère Musto (1 seule)
  • Chaussures de pont (style dock-side)
  • Bottines voile Durarry (juste pour le capitaine)
  • Sous-gants (rando) et gants de voile (doigts coupés)

Un peu plus cher qu'un équipement complet de ski mais on n'est plus tout jeunes et on doit se ménager pour ne pas devoir écourter nos voyages. On considère que cet équipement est essentiel pour que la navigation reste confortable dans toutes les conditions climatiques (tempérées). C'est un peu comme pour la sécurité, on ne mégote pas quand il s'agit de notre vie, même si ce ne sont que des précautions. Bien sûr on peut se retrouver avec grand soleil vent au portant force 3-4, mais ce ne sera pas tous les jours alors restons prévoyants.

On part avec ça, ce qui est une bonne base, et on verra en cours de route si on doit compléter notre garde-robe.

0.0/5 Note (0 votes)

Ajoutez un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.